Contenu

Les grands prédateurs dans l’Ain : le lynx et le loup

 

Deux espèces de grands carnivores, le loup et le lynx, protégées par la convention de Berne du 19 septembre 1979 relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe et par la directive européenne dite "Habitat" du 21 mai 1992 relative à la conservation des habitats naturels ainsi que de la flore et de la faune sauvages, sont recensées dans le département de l’Ain.

Informations sur le loup et le lynx en France

Afin de répondre au besoin croissant d’informations sur la biologie, le suivi et la gestion du loup en France, l’Office Français de la Biodiversité (OFB) a mis en place un site internet qui permet à cet établissement de partager avec un public le plus large possible les informations récoltées sur le loup dans le cadre de ses missions.

Le réseau "loup-lynx", un outil de suivi biologique de ces deux espèces

Ce réseau national, constitué de correspondants locaux (professionnels et particuliers) spécialement formés, est chargé de relever de manière techniquement homogène les indices de présence du loup et du lynx sur le terrain (proies sauvages ou domestiques, pistes, analyses génétiques, observations visuelles, excréments). Ces informations sont transmises à l’OFB qui en effectue la centralisation ainsi que la validation technique, et qui rédige les synthèses.

Le plan national d’actions (PNA) 2018-2023 sur le loup et les activités d’élevage

Afin de permettre une coexistence entre activités humaines et présence du loup, l’État a mis en œuvre depuis 2004 quatre plans nationaux d’actions dont le dernier couvre la période 2018-2023.

Celui-ci fait le point sur la situation biologique de l’espèce et sur les interactions avec le pastoralisme, la chasse et le tourisme. Il fixe les objectifs consistant d’une part à réduire l’impact du prédateur en accompagnant les éleveurs et, d’autre part, à gérer les populations et assurer le suivi biologique.

Pour en savoir plus :

Les dommages aux troupeaux domestiques

Ces prédateurs sont opportunistes et peuvent occasionner des dommages aux cheptels domestiques ne disposant pas de mesures de protection adaptées.

Le dispositif d’indemnisation visant à compenser les pertes économiques agricoles imputées au lynx ou au loup poursuit deux objectifs d’intérêt général : le maintien des activités de pastoralisme et d’élevage ainsi que la préservation des populations.

Pour les éleveurs, lorsqu’un troupeau a subi un dommage ayant pu être causé par un grand prédateur (au moins une victime présentant des traces de morsures, peau perforée profondément avec présence de sang), une expertise des services de l’État est demandée.

La conduite à tenir en cas de découverte d’animaux d’élevage susceptibles d’avoir été victimes d’une prédation

1. Contacter immédiatement la Direction Départementale des Territoires de l’Ain (DDT) au 04 74 45 63 15.

2. Préciser les éléments suivants :

  • coordonnées de la personne à contacter (nom, prénom, numéro de téléphone) ;
  • date et lieu supposés de l’attaque,
  • catégorie des animaux impactés (ovins, bovins, etc.),
  • nombre de bêtes blessées et / ou tuées,
  • tout autre élément pertinent (coordonnées des témoins, du propriétaire, observations, indices, etc.).

3. Ne pas déplacer les bêtes tuées et les protéger à l’aide de branches, de pierres ou de bâches afin d’éviter une consommation secondaire (corbeaux, renards, etc.).

4. Relever les numéros complets d’identification des animaux.

5. Se munir du numéro SIRET et du numéro PACAGE.

NB : cette demande doit être formulée dans un délai de 72 heures à compter de la date de survenance de l’attaque supposée, afin de disposer d’éléments techniques et organiques exploitables.

Le constat de dommage

1. Dans un délai de 48 heures suivant la déclaration, des agents assermentés de l’OFB se rendent sur les lieux du dommage avec l’éleveur. Ces agents ne sont en aucun cas chargés de procéder à la recherche des victimes.

2. Le constat est réalisé via un formulaire permettant de relever l’ensemble des éléments techniques liés au dommage. Une fiche de synthèse est remise à l’éleveur et le constat transmis à la direction départementale des territoires. Aucune conclusion n’est formulée sur le terrain.

3. Sur la base des données techniques relevées lors du constat, une analyse est réalisée afin de déterminer si la mortalité est liée à une prédation et si la responsabilité du lynx ou du loup peut être écartée ou non.

4. L’éleveur est informé des conclusions par un courrier de la DDT.

Les dispositifs d’aide à la protection des troupeaux

Le dispositif d’aide à la protection des troupeaux contre la prédation s’inscrit dans le cadre du Programme de Développement Rural de la Région Rhône-Alpes (PDRR) 2014-2020. Il permet d’accompagner les éleveurs d’ovins et caprins dans l’évolution de leur système d’élevage en limitant les surcoûts liés à la mise en place de moyens de protection du troupeau dans les communes classées en cercle 1, 2 ou 3.

Les communes de l’Ain sont actuellement classées par arrêté préfectoral du 19 janvier 2022 (format pdf - 1.8 Mo - 24/01/2022) portant délimitation des zones d’éligibilité aux mesures de protection des troupeaux contre la prédation (cercles 2 et 3) pour l’année 2022.

Sont éligibles aux aides :

en cercle 2 :

  • les chiens de protection (format pdf - 1.5 Mo - 06/09/2021) (achat et entretien) pour les troupeaux dont la durée de pâturage est d’au moins 30 jours en « cercle 2 »,
  • les clôtures électrifiées pour parc de nuit mobile ou de pâturage fixe,
  • l’analyse de vulnérabilité ;
  • l’accompagnement technique.

en cercle 3 :

  • les chiens de protection (format pdf - 1.5 Mo - 06/09/2021) (achat et entretien) pour les troupeaux dont la durée de pâturage est d’au moins 90 jours en « cercle 3 ».