Contenu

Présentation à la presse du bilan de la sécurité publique 2016 de l’Ain

 

Arnaud COCHET, préfet de l’Ain, et Christophe RODE, procureur de la République, aux côtés du colonel Florence GUILLAUME, commandant le groupement de gendarmerie départementale et Jean-Claude DUNAND, directeur départemental de la sécurité publique ont présenté aux médias les chiffres de la sécurité publique et de la délinquance dans l’Ain.

 

L’état d’urgence a nécessité une forte mobilisation des forces de sécurité intérieure dans le cadre du plan Vigipirate, de la lutte contre la radicalisation et les filières terroristes, et de la crise migratoire.

Ainsi, la lutte contre la radicalisation s’est prolongée dans l’Ain, par le travail intensif de détection, la tenue régulière et rigoureuse de réunions de suivi, des dossiers pris en charge par les services de renseignement, l’accompagnement des familles, et des formations destinées aux professionnels de terrain.

Cette lutte s’est également traduite par le maintien des contrôles aux frontières intérieures de la France avec l’espace Schengen, qui a occasionné 1176 mesures de refus d’entrée sur le territoire national. Ces contrôles, opérés principalement par la police aux frontières, ont été marqués en 2016 par une forte présence de la douane. Le contrôle frontière permet une double dimension sécuritaire : le contrôle migratoire, mais également la prévention de la menace terroriste par l’identification des personnes fichées S et le signalement de personnes notamment suspectées d’islam radical. Ce contrôle se combine parfaitement avec la lutte contre la fraude douanière et notamment la lutte contre l’importation en contrebande en France de marchandises prohibées ou la circulation illicite de capitaux.

Les forces de sécurité ont en parallèle poursuivi leurs objectifs. S’agissant des données significatives, les atteintes aux biens enregistrent une baisse de 1 % malgré une reprise des cambriolages de logement de 6,6% (après une baisse de près de 3 % en 2015).

Il et à noter une baisse des atteintes volontaires à l’intégrité physique et des infractions économiques et financières. En 2016, on compte 159 victimes de vol sans violence de moins qu’en 2015.

Les mineurs mis en cause ont progressé particulièrement en zone police où leur proportion atteint désormais 22 %. Ce constat oriente le travail de prévention en direction des mineurs, sur la prise en compte des situations d’échec rencontrées par certains élèves lors de leur scolarité, sur les formations à la parentalité des familles en difficulté. Les violences et mauvais traitements à enfants augmentent également de 10 % (17% en zone police). De la même manière, l’augmentation des violences sexuelles est très sensible puisqu’en hausse de 33 %.

Le ratio « violences pour 1000 habitants » de l’Ain se situe bien en deçà du ratio national. Il est légèrement supérieur s’agissant des cambriolages.

La ZSP de Miribel Saint-Maurice-de-Beynost continue d’apporter satisfaction, notamment aux élus. On constate une baisse des cambriolages de locaux industriels. En 2017, l’objectif de lutte contre les cambriolages sera donc recentré sur les résidences principales.

Nous rappelons que la population ne doit pas hésiter à composer rapidement le 17, lorsqu’elle constate un fait susceptible de constituer une infraction ou un comportement qui pourrait troubler l’ordre public. La sécurité est l’affaire de tous.

Les forces de sécurité ont bénéficié de davantage de moyens, humains et matériels. La gendarmerie a vu ses effectifs renforcés. Le commissariat de police de Bourg-en-Bresse s’est agrandi et la direction interdépartementale de la police aux frontières (Ain/Haute-Savoie) a été installée dans l’Ain.

JPEG - 77.9 ko