Contenu

Peste porcine africaine : risques et prévention

 

La découverte en Belgique, à 12 km de la frontière française et 17 km de la frontière avec le Luxembourg , de sangliers contaminés par la peste porcine africaine conduit l’État à rappeler les démarches préventives à mettre en œuvre par les acteurs de la filière porcine.

 

Ces démarches, à relayer par les organisations professionnelles, prennent la forme de recommandations accessibles sur le site Internet du ministère en charge de l’alimentation.

Les vétérinaires sont quant à eux directement en relation avec la DDPP de l’Ain via un extranet qui leur est dédié.

Éleveurs, détenteurs, intervenants en élevage, chasseurs, ces recommandations vous concernent. Votre mobilisation et votre vigilance sont primordiales pour se prémunir de cette maladie spécifique des suidés contre laquelle aucun traitement n’existe.

Cliquez sur ce lien vers les recommandations sur le site du ministère de l’agriculture et de l’alimentation.

A RETENIR :

  • Pour l’instant (14 septembre), la France n’est pas concernée par la zone réglementaire de surveillance définie autour du foyer et donc conserve son statut indemne. Les échanges et exports ne sont donc pas impactés
  • Les autorités belges ont pris des mesures conservatoires pour gérer la situation = établissement de zone de protection et de zones de surveillance. Les mouvements d’animaux ont été interdits.
  • Les autorités françaises ont pris des mesures de surveillance dans les départements limitrophes de la Belgique : 08, 54, 55 et 57.
  • Une zone tampon a été définie dans le département du 08 car le massif forestier où ont été trouvés les sangliers malades est continu avec ce département.

Dans tous les cas, le renforcement de la biosécurité est capital au vu de la situation actuelle. Tout le monde est concerné à tous les niveaux et sur tout le territoire pour conserver la maladie hors de nos frontières.

Pour suivre l’actualité PPA : plateforme ESA