Fièvre catarrhale ovine

Contenu

Nouvelle stratégie de lutte contre la FCO de serotype 4

 

Nouvelle stratégie de lutte contre la FCO de serotype 4 : au 1er janvier 2018, la vaccination contre la maladie devient facultative
Après un premier foyer de FCO de serotype 4 confirmé en Haute Savoie le 6 novembre 2017, la situation a rapidement évolué sur notre territoire. Ce sont désormais plus de 55 foyers qui sont déclarés dans ce département, pour l’Ain, 8 foyers et pour le Jura, un foyer.

 

De plus, des départements plus éloignés de la zone initialement concernée par des restrictions pour motif sanitaire (zone de protection) ont également mis en évidence la FCO de serotype 4. C’est le cas notamment de la Saône-et-Loire et de la Haute Saône. D’autres résultats d’analyse sont en attente pour les départements de la Haute-Saône, de l’Isère, de la Savoie,de l’Yonne, de la Seine-et-Marne, de la Vienne et de la Loire.

Dans ce contexte, le ministère en charge de l’agriculture, après consultation des représentants des différentes filières de l’élevage et du sanitaire (syndicats agricoles, chambre d’agriculture, … vétérinaires, GDS), a décidé de modifier la stratégie sanitaire vis à vis de la FCO de seérotype 4.

Par arrêté du 28 décembre 2017 (JORF du 31 décembre 2017), applicable au 1er janvier 2018, les modifications suivantes sont apportées dans la gestion de cette pathologie :
- en étendant la zone réglementée FCO 4 à l’ensemble du territoire continental,
- en revenant sur l’obligation vaccinale,
- en priorisant les stocks de vaccin disponibles.

En conséquence il est acté l’arrêt de l’obligation vaccinale d’urgence instaurée dans les départements de l’Ain, Doubs, Jura,Savoie, Haute-Savoie, contre la FCO de sérotype 4, et donc sa prise en charge par l’Etat, sauf pour terminer les vaccinations commencées avant le 31/12/2017.

Comme pour le serotype 8, la vaccination contre le serotype 4 devient facultative, à la charge des éleveurs. Les priorités dans l’attribution des vaccins seront concertées et décidées par les fédérations professionnelles qui devront commander les vaccins dont elles estiment avoir besoin.

En ce qui concerne les vaccins déjà achetés par l’Etat, les stocks non livrés seront quantifiés puis réservés gratuitement aux détenteurs d’ovins, espèce réputée plus sensible à la maladie, et aux exportateurs.

Les mouvements d’animaux ne sont plus limités et les arrêtés préfectoraux individuels concernant les élevages avec des foyers ainsi que l’arrêté préfectoral définissant une liste de communes de l’Ain en périmètre interdit vis à vis de la FCO de serotype 4 sont caducs.

A ce stade de diffusion de la pathologie, cette nouvelle stratégie s’avère la mieux disante économiquement et la plus acceptable alors que les mesures de restriction des mouvements des animaux sont très coûteuses, et perturbent les conditions habituelles d’élevage et les circuits de commercialisation des animaux.