Violences aux personnes et aide aux victimes

Contenu

Les intervenantes sociales en gendarmerie et dans les commissariats de l’Ain

 

Dans le département de l’Ain, les gendarmes et policiers enregistrent de nombreuses plaintes dans le cadre de violence conjugales. Ils sont ainsi confrontés à des situations diverses, dont beaucoup relèvent davantage d’une intervention sociale que d’une mission de sécurité publique et face auxquelles ils ne peuvent apporter qu’une réponse incomplète.

Pour répondre à ces besoins, les intervenantes sociales en gendarmerie et en police jouent un rôle de premier accueil social, d’écoute et d’orientation. Elles ont notamment vocation à assurer le lien entre les unités de gendarmerie, les commissariats et les services sociaux, favorisant ainsi une prise en charge globale des victimes. Leurs missions sont ainsi :

- d’évaluer la nature des besoins sociaux révélés par l’action de la gendarmerie,
- de réaliser l’intervention de proximité, dans l’urgence si nécessaire,
- et enfin de faciliter l’accès de la personne aux services sociaux.

En 2018 ce sont 842 femmes (+ 15%) qui ont portées plaintes et 474 enfants qui ont été exposés aux violences conjugales.

Ce dispositif a donc pour objectif d’ améliorer le service public et les relations entre les forces de sécurité et la population. Recrutées par l’AVEMA1, les intervenantes sociales sont pour l’instant uniquement co-financées par le Fond Interministériel de Prévention de la Délinquance, les CISPD du Pays de Gex, de la Communauté de Commune de Miribel et du Plateau, Ambérieu-en-Bugey et la déléguée aux droits des femmes. Tous les territoires ne sont donc pas couverts.

Allo victimes [1] : 04 74 32 27 12

Le numéro d’écoute, d’information et d’orientation : 39 19
https://stop-violences-femmes.gouv.fr/Les-numeros-d-ecoute-d,399.html

 

[1AVEMA : Association D’Aide aux Victimes et Médiation dans l’Ain. Cf. http://www.avema01.fr/