Groupement de gendarmerie départementale

Contenu

Le groupement de gendarmerie départementale de l’Ain

 
Blason de la gendarmerie Rhône-Alpes

Adresse :
Gendarmerie nationale
Groupement de gendarmerie départementale de l’Ain
2, rue de Chateaubriand – BP 311
01011 Bourg-en-Bresse Cedex
Tel : 04.74.45.97.00

Commandant de groupement : Colonel Florence GUILLAUME
Commandant en second : Lieutenant-colonel Jean-Guillaume RÉMY
Conseiller réserves du groupement : Lieutenant-colonel ® Gérard BUONO

 

L’ORGANISATION DU GROUPEMENT DE GENDARMERIE

Rattaché à la région de gendarmerie de Rhône-Alpes, le groupement de l’Ain est composé de l’ensemble des unités de la gendarmerie départementale qui y sont implantées.

Il compte 870 personnels civils et militaires répartis en sept unités :

  • un groupe de commandement implanté à Bourg-en-Bresse comprenant l’état-major et les services administratifs et techniques du département ;
  • un escadron de sécurité routière, comprenant deux pelotons d’autoroute, un peloton motorisé, trois brigades motorisées et une brigade rapide d’intervention ;
  • quatre compagnies (Bourg-en-Bresse, Belley, Gex et Trévoux) regroupant 47 brigades de proximité qui fonctionnent en communautés de brigades (16 au total sur le département) ou de manière autonome pour 7 d’entre elles ;
  • un peloton spécialisé de protection de la gendarmerie est dédié à la sécurité du centre nucléaire de production électrique du Bugey à Saint-Vulbas.

En outre, 180 réservistes opérationnels et 17 réservistes citoyens renforcent ou relayent l’action quotidienne des brigades de proximité.

Pour trouvez la brigade de gendarmerie dont vous dépendez, cliquez sur l’image. Brigade de gendarmerie  (nouvelle fenetre)

Son organisation territoriale correspond généralement au découpage administratif du département :

LES UNITÉS ET LES PERSONNELS SPÉCIALISÉS DU GROUPEMENT

L’action des brigades de proximité est complétée par celle de diverses unités à vocation particulière :

  • une brigade des recherches par compagnie, la brigade départementale de renseignements et d’investigations judiciaires (BDRIJ) au niveau du groupement. Ces unités se consacrent exclusivement à la police judiciaire. Elles assistent les brigades de proximité et prennent à leur charge les enquêtes complexes nécessitant une technicité particulière ou une grande disponibilité.
  • un peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG) par compagnie chargé de :
    • surveiller, contrôler et intervenir sur tout événement d’importance, en renfort de l’action des brigades de proximité ;
    • lutter prioritairement contre la délinquance d’appropriation commise sur la voie publique avec l’objectif de procéder à des interpellations en flagrant délit ;
    • contribuer au recueil et au partage du renseignement opérationnel.
  • une brigade de prévention de la délinquance juvénile composée de 5 personnels particulièrement formés dans la prévention au profit des jeunes et des auditions des mineurs victimes ou auteurs de violences.

En outre, la gendarmerie est représentée dans le département par d’autres unités qui ne relèvent pas de l’autorité du commandant de groupement. Leurs missions sont assurées en fonction de leurs spécificités. Ce sont :

  • l’escadron de gendarmerie mobile 26/5 à Belley comprenant 122 personnels civils et militaires ;
  • la brigade de gendarmerie de l’air d’Ambérieu-en-Bugey placée auprès de la Base Aérienne 278.

Au sein du groupement de l’Ain, des personnels sont spécialisés dans des domaines particuliers :

  • Les référents et correspondants sûreté au service de la prévention technique de la malveillance : afin de conseiller au mieux les élus, et plus largement leurs principaux partenaires tant institutionnels qu’économiques, le groupement de gendarmerie départementale de l’Ain s’est engagé dans de nombreuses actions de prévention et de conseils dont la prévention technique de la malveillance (PTM). Celle-ci vise à renforcer la sûreté des lieux publics et privés (commerces en priorité). Le groupement de l’Ain dispose de 2 référents sûretés et de 23 correspondants sûreté gendarmes. Ainsi, sur demande, le référent apporte son expertise à la réalisation d’études en matière de sûreté et conduit par ailleurs des consultations de sûreté, des diagnostics de sûreté ou des évaluations des études de sûreté et de sécurité publique (ESSP). Les correspondants sûreté affectés au sein des brigades de gendarmerie, formés par les référents sûreté, ne réalisent que des consultations.
  • Les Formateur Relais Anti-Drogue (F.R.A.D.) : le groupement de gendarmerie de l’Ain dispose de 5 formateurs relais anti-drogue, formés spécifiquement à la prévention de la toxicomanie et des conduites déviantes. Les F.R.A.D réalisent, aux moyens d’outils pédagogiques adaptés, des interventions gratuites sur simple demande auprès d’associations (parents d’élèves, locataires, bénévoles, etc..), auprès d’établissements scolaires ou encore au profit de foyer de travailleurs, d’entreprises ou des municipalités.
  • La Cellule de lutte contre le travail illégal et les fraudes (CeLTIF) : composée de trois personnels spécialisés dans les enquêtes liées à la lutte contre la fraude et l’immigration irrégulière, cette cellule permanente intervient en renfort des brigades de proximité ou dans le cadre du comité opérationnel départemental anti-fraude (CODAF). Le CODAF est co-présidé par le Préfet de l’Ain et le Procureur de la République près le tribunal de grande instance de Bourg-en-Bresse. Son action est combinée à celle des enquêteurs pour la lutte contre l’immigration irrégulière. Afin de lutter contre le travail dissimulé, 5 enquêteurs pour la lutte contre l’immigration irrégulière (E.I.I.R.) ont été spécialement formés et sont répartis au sein des unités de gendarmerie du département.
  • Les correspondants scolaires : partenaire de l’Éducation Nationale, le groupement de gendarmerie de l’Ain a mis en place des correspondants aptes à répondre aux interrogations des enseignants et des jeunes eux-mêmes. Ces correspondants sont présents dans chaque communauté de brigades ou brigade autonome et sont également les interlocuteurs privilégiés des chefs d’établissement public ou privé.
  • Les référents violences intra-familiales : les référents violences intra-familiales sont présents au niveau de chaque communauté de brigades ou brigade autonome du groupement et sont les intermédiaires entre la gendarmerie et les services de l’État, les collectivités locales ou le réseau associatif dans tous les domaines relatifs à l’accueil et la prise en charge des victimes.
  • L’enquêteur spécialisé en nouvelles technologies (N’TECH) : spécialiste des nouvelles technologies, un gendarme du groupement de l’Ain répond au besoin croissant de conseils auprès des gendarmes et de lutte face à une menace cybercriminelle en perpétuelle évolution.
  • Les maîtres de chiens : véritable équipe opérationnelle intervenant en appui des brigades territoriales et des unités motorisées, le groupe d’investigation cynophile (GIC) regroupe l’ensemble des équipes cynophiles gendarmerie du département de l’Ain. Il assure des missions variées comme la recherche de personnes disparues ou de malfaiteurs, la protection ou le secours de personnes, l’interception d’individus dangereux, la recherche de produits stupéfiants ou de billets. Il est en mesure d’intervenir avec ses moyens propres ou avec le concours des hélicoptères de la section aérienne gendarmerie dans le département et au sein de la région de gendarmerie de Rhône-Alpes.

LES MISSIONS DE LA GENDARMERIE NATIONALE

Force armée investie d’une mission de sécurité et de paix publiques, la gendarmerie nationale agit sur l’ensemble du territoire de la République dans les différents domaines suivants :

  • La police judiciaire : C’est avant tout la constatation des crimes, des délits et des contraventions, le rassemblement des preuves et la recherche des auteurs des infractions. Ces missions relèvent du ministère de la Justice et s’exercent sous l’autorité du Procureur de la République. La gendarmerie, qui traite près du tiers des crimes et délits commis en France, a mis en place ces dernières années une chaîne de la criminalistique performante comprenant des experts de la police technique et scientifique (146 techniciens dans le département de l’Ain servant au sein de la cellule d’investigation criminelle de la BDRIJ et des brigades de proximité).
  • La police administrative : La notion de police administrative couvre un domaine très vaste qui englobe à la fois la police dite générale (visant à assurer l’ordre public, c’est à dire la sûreté, la tranquillité et la salubrité publiques) et les polices spéciales, relatives à certaines catégories de personnes, certaines activités ou certains lieux (police rurale, étrangers, aéroports et ports, débits de boissons,…). Son objet essentiel reste la sécurité publique. Sous l’autorité du Préfet, la gendarmerie assume cette responsabilité sur 95 % du territoire, et au profit de 50 % de la population.
  • L’ordre public et la sécurité générale : En complément de l’action quotidienne des gendarmes départementaux, le gouvernement dispose d’une réserve générale capable d’agir sur l’ensemble du territoire pour faire face aux situations les plus tendues. Ainsi, les gendarmes mobiles sont régulièrement employés dans le département pour des opérations de maintien de l’ordre (manifestations,…) ou en sécurisation des zones sensibles (notamment la zone de sécurité prioritaire (ZSP) du sud-ouest du département.
  • Les missions de défense : Elles sont assurées par les gendarmes et les réservistes de la gendarmerie. La gendarmerie assure en tout temps la protection des points sensibles, le contrôle de l’armement nucléaire, la sécurité des bases militaires sensibles ainsi que l’accompagnement des forces armées en opérations extérieures (la prévôté).
  • Les missions internationales : Dans un contexte international complexe où, loin de nos frontières, les menaces influent directement sur la sécurité intérieure, la coopération internationale doit être toujours plus performante. A cet égard, la gendarmerie joue un rôle reconnu à l’international, dont elle est devenue un acteur important. Le groupement de gendarmerie départementale de l’Ain y contribue par le détachement de personnels volontaires (durant l’année 2012, 6 gendarmes ont été détachés en opérations extérieures).

Si vous souhaitez en savoir plus sur la gendarmerie nationale, son histoire, son organisation, les actualités liées à son activité, rejoignez nous sur le site de la gendarmerie nationale

LE RECRUTEMENT EN GENDARMERIE

Pour obtenir des informations sur les métiers et carrières de la gendarmerie nationale n’hésitez pas à consulter le site   (nouvelle fenetre)