Contenu

L’Ain accueille 100 migrants en provenance de Calais

 

L’ouverture de deux Centres d’accueil et d’orientation (CAO) dans l’Ain s’inscrit dans le contexte national du démantèlement le campement illégal de Calais.

 

En septembre 2016, le gouvernement a décidé de démanteler le camp de la Lande de Calais pour mettre fin à une situation humanitaire très grave. Mme Emmanuelle COSSE, Ministre du Logement et de l’Habitat durable, et M. Bernard CAZENEUVE, Ministre de l’Intérieur, ont rappelé que cette opération vise à mettre à l’abri, avant l’hiver, des femmes, hommes et enfants, qui, fuyant les guerres et les persécutions, ont été attirés dans l’impasse de Calais par des acteurs de la traite des êtres humains.

Le ministre de l’Intérieur a chargé les préfectures d’organiser dans les meilleures conditions la prise en charge des migrants de Calais, soit environ 6 000 personnes en situation très précaire. Les services de l’État ont ainsi mis en place des Centres d’accueil et d’orientation (CAO) répartis sur tout le territoire français.

Cette opération s’inscrit dans la continuité du travail intense conduit à Calais par les services de l’État et les associations. Depuis un an, les CAO, structures temporaires d’accueil à échelle humaine (60% de ces centres proposent moins de 20 places) encadrées par des associations spécialisées qui en assurent la gestion pour le compte de l’État, ont d’ores et déjà accueilli temporairement près de 6 000 personnes, dans 164 centres situés dans 84 départements. Ces établissements permettent aux personnes accueillies de bénéficier d’un diagnostic social, sanitaire et administratif et de les accompagner vers l’asile.

L’Ain accueille une centaine de personnes évacuées de la Lande de Calais

La préfecture de l’Ain s’inscrit pleinement dans la volonté de l’État de procéder à cette opération humanitaire en étroite concertation avec les associations et les municipalités.

L’Ain accueille une centaine de personnes en provenance de Calais. Dans un premier temps, 50 migrants seront mis à l’abri dans le dispositif d’hébergement d’urgence pour demandeurs d’asile (DHUDA) à Bellignat ; puis, 50 autres personnes mineurs non accompagnées seront accueillies dans le centre AFPA de Bourg-en-Bresse.

Les CAO sont conçus pour offrir un hébergement digne aux personnes étrangères et à les orienter dans leurs démarches de demande d’asile. Elles seront logées le temps d’effectuer les premières démarches administratives nécessaires. Une fois leur demande d’asile déposée, elles ont vocation à être réorientées vers un centre d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA), le temps que leur dossier soit instruit. Les personnes relevant du droit d’asile se verront octroyer le statut de réfugié. Celles ne relevant pas du droit d’asile n’ont pas vocation à demeurer sur le territoire français : les volontaires seront aidés au retour vers le pays d’origine ; ceux qui entendent se maintenir de façon irrégulière en France seront éloignés du territoire.

Parallèlement, les services de l’État poursuivent la politique de fermeté à l’égard de l’immigration irrégulière, qui est une condition indispensable pour accomplir notre devoir d’asile envers ceux qui fuient les guerres et les persécutions. Ainsi, la lutte contre les filières d’immigration clandestine, les refus d’entrée sur le territoire et les reconduites hors des frontières se poursuivent et s’amplifient.

Arnaud COCHET, préfet de l’Ain, accueillera ces migrants le 24 octobre à Bellignat.
Il tient à saluer l’implication de l’ensemble des services de l’État et à remercier les communes d’accueil ainsi que les acteurs locaux et associatifs, en particulier Alfa3a et l’AFPA pour leur mobilisation et leur engagement.