Contenu

Des moyens renforcés pour lutter contre l’insécurité routière

 

Le département de l’Ain est désormais doté d’un deuxième Équipement de Terrain Mobile (ETM), qu’on appelle communément "radar mobile". Opérationnel à compter du 10 novembre, il permettra d’augmenter la couverture territoriale des unités de sécurité routière. Il fait partie de l’équipement des forces de gendarmerie et de police pour lutter contre les excès de vitesse routiers.

 
  • Présentation de l’ETM

Ces voitures banalisées ont été homologuées, dans un premier temps, pour effectuer deux types de missions bien précises :
- en roulant, photographier sans flash, tous les véhicules en infraction qui les dépassent par la gauche ;
- stationnée sur le bord d’une voie, photographier sans flash, tous les véhicules en infraction qui passent à proximité de la voiture des forces de l’ordre, dans les deux sens de circulation.

Après le contrôle « en dépassement » et « en stationnement », une troisième fonction « le contrôle en approche » vient compléter ce dispositif.

Avec cette nouvelle fonctionnalité, homologuée depuis le 30 août 2013 par le laboratoire national de métrologie et d’essais, le radar peut, en mouvement, contrôler tous les véhicules croisés qui se trouvent sur une, deux ou trois voies, à condition toutefois qu’aucune séparation (barrières, muret, terre-plein…) n’existe entre les deux sens de circulation.

Le choix a été fait de diversifier les véhicules équipés afin de maintenir l’effet dissuasif de ces équipements qui ont vocation à se fondre dans le flot de circulation pour des contrôles continus et par tous les temps. Différents modèles de véhicules sont dotés de ces nouveaux radars.

En tout, ce sont 300 radars mobiles de nouvelle génération qui seront déployés sur le territoire national d’ici à la fin 2015.

  • Le rôle de l’ETM dans la lutte contre l’insécurité routière

Quelques chiffres nationaux qui justifient à eux seuls le déploiement de ces matériels :

• 28% des Français reconnaissent rouler plus vite que les vitesses autorisées.
• Une baisse de 1% de la vitesse moyenne du trafic entraîne une diminution de 2% de l’accidentalité corporelle et de 4% de la mortalité.
• Depuis 2000, la vitesse moyenne de jour pratiquée par l’ensemble des véhicules a été réduite de 10 km/h.
• Près des trois quarts de la baisse de la mortalité routière sont attribués au déploiement des radars sur les routes.

Sur le groupement de gendarmerie de l’Ain, ce type de véhicule, au nombre de deux, vient renforcer la flotte des neuf autres véhicules ETED (Équipement de Terrain Embarquable Débarquable) qui eux continuent à être utilisés en mode fixe et d’un ETM, utilisé en mode mobile.
Les gendarmes utilisant l’ETM portent la tenue militaire. Ils peuvent ainsi constater de manière connexe toutes les autres infractions police route durant leur service (ligne blanche, téléphone…) mais sans recourir au système ETM. 
Comme pour les ETED, l’ETM est entièrement automatisé, les gendarmes ne peuvent pas annuler une infraction vitesse constatée par cet appareil. Les services de contrôle peuvent être réalisés sur tout axe (autoroute ou départemental). Dans l’Ain, ils sont principalement orientés sur le réseau secondaire, à savoir les axes les plus touchés par l’accidentologie et sur les secteurs où les autres types de contrôles vitesse ne sont pas possibles.

  • Le bilan de l’emploi de l’ETM dans l’Ain

Depuis son arrivée le 21 octobre 2013, le premier véhicule ETM de la gendarmerie de l’Ain, a flashé 3946 véhicules.

Les vitesses enregistrées sur les véhicules en infraction sont :
- 12,4% entre 10 et 20 km/h au dessus de la limitation en agglomération (50 km/h)
- 79,7% entre 10 et 20 km/h au dessus de la limitation hors agglomération
- 5,8% entre 20 et 30 km/h au dessus de la limitation hors et en agglomération
- 1,7% entre 30 et 40 km/h au dessus de la limitation hors et en agglomération
- 0,3 % entre 40 et 50 km/h au dessus de la limitation hors et en agglomération
- 0,1% au-dessus de 50 km/h au dessus de la limitation hors et en agglomération

Il apparaît que le pic des infractions se produit entre 15h et 18h (60% des infractions). Les jours où le véhicule ETM relève le plus d’infractions sont le vendredi (22%) et lundi (17%).

Cette répartition dans le temps du relevé des infractions correspond aux périodes où les accidents se produisent le plus dans le département.

Dans le département, la lutte contre l’insécurité routière, particulièrement contre les excès de vitesse, est une priorité. La tendance de l’accidentologie n’est pas favorable actuellement dans le département. L’emploi de ce nouveau moyen de contrôle de la vitesse sera utilisé dans les zones les plus sensibles afin d’inverser cette tendance.