Contenu

Abaissement partiel du Rhône de mai 2016 : un bilan positif

 

À Genève comme en France, le Rhône fournit des ressources hydroélectriques importantes grâce aux barrages construits sur son cours. Pour diminuer le risque d’inondation et assurer une exploitation sûre et pérenne des aménagements, une élimination régulière des dépôts de sédiments est indispensable.

 

Par le passé, cette action était réalisée au moyen d’une vidange complète et rapide du barrage de Verbois suivie d’une chasse des sédiments, une méthode qui entraînait des conséquences néfastes sur l’environnement, en particulier pour les poissons.

Suite à une large concertation avec tous les usagers du fleuve concernés, le comité de pilotage franco-suisse de la gestion sédimentaire du Haut-Rhône, présidé conjointement par M. Luc Barthassat, conseiller d’État en charge du DETA et M. Arnaud Cochet, préfet de l’Ain, a décidé de mettre en œuvre une méthode pour limiter les impacts de ces vidanges, comprenant l’abaissement progressif et partiel de la retenue du barrage de Verbois.

Parfaitement synchronisées, les opérations de mai 2016 ont permis une évacuation maîtrisée et suffisante des dépôts - à peu près autant de sédiments que lors des opérations précédentes - avec des impacts environnementaux significativement réduits.

Ces résultats et leurs conclusions permettront d’optimiser encore les prochaines opérations afin de maîtriser les impacts sur l’environnement, d’assurer la production d’une énergie propre et renouvelable et de garantir la sécurité des biens et des personnes. Le bilan de la gestion sédimentaire du Rhône 2016 sera présenté aux parties prenantes lors d’une réunion publique en septembre 2017 à Bellegarde-sur-Valserine.